Le Club du Bouledogue Français, fondé en 1898 SITE OFFICIEL DU CLUB DE RACE, FONDÉ EN 1898, ET AFFILIÉ À LA SOCIÉTÉ CENTRALE CANINE

Logo du Club du Bouledogue Français, fondé en 1898


LE COIN SANTÉ
LE COUP DE CHALEUR

Le parfait bouledogue selon le standard

Le chien est un mammifère dit homéotherme, ce qui signifie que son organisme reste toujours à la même température ; son métabolisme contrôle la température interne et le maintient autour de 39 °C. En dessous de cette température, le chien est en hypothermie, ce qui arrive en cas d’état de choc, intoxication ou hémorragie. Au-dessus, il est en hyperthermie et c’est ce qui arrive dans le cas du coup de chaleur.

Le coup de chaleur est une affection gravissime avec un pronostic péjoratif si un traitement n’est pas rapidement entrepris.

Le chien n’a pas, comme l’homme, la possibilité de se refroidir par sudation car il ne possède de glandes sudipares qu’entre les doigts. Le peu de sueur qu’il produit est insuffisant pour abaisser sa température corporelle. Il ne lui reste que le halètement qui permet de réguler la température interne par élimination de vapeur d’eau. Plus le taux d’humidité est élevé et moins ce mécanisme régulateur est efficace. C’est la raison pour laquelle les temps chauds et humides sont particulièrement difficiles à supporter pour le chien.

Il existe certains facteurs de risques et il est un fait que les races brachycéphales comme notre bouledogue sont particulièrement exposées. S’ajoutent à cette caractéristique morphologique le fait que le chien ait un âge avancé, qu’il soit en mauvaise condition physique, obèse ou atteint de certaines maladies cardio-vasculaires, respiratoires, neurologiques ou endocriniennes. Il ne faut cependant pas oublier que tous les chiens risquent un coup de chaleur dans les circonstances décrites ci-après.

Les circonstances d'apparition

Le coup de chaleur ne survient que lorsque les mécanismes qui régulent la température corporelle de l’animal sont saturés. Cette saturation survient soit si l’animal fournit un effort très violent, faisant face à une importante production de chaleur alors que la température extérieure et le taux d’hygrométrie sont trop élevés, soit, en dehors de tout effort, si ses capacités de régulation thermique sont dépassées. C’est exactement ce qui arrive quand le chien est dans une voiture, exposé au soleil, surtout si les vitres sont fermées. Par l’effet de serre la température peut atteindre des grandeurs très importantes et fatales à l’animal. Mais, chez le bouledogue, le coup de chaleur peut survenir en dehors de ces circonstances extrêmes et il convient de souligner qu'un stress, une excitation ou une angoisse prolongés induisent les mêmes mécanismes que le coup de chaleur et, partant, les mêmes conséquences (chien maintenu dans une cage alors qu’il n’a pas l’habitude, etc.).

Les mécanismes du coup de chaleur

Les conséquences d’une soudaine élévation de la température sont nombreuses. L’état de congestion cérébrale est l’élément dominant. Elle entraîne un état de choc vasoplégique où l’animal « se saigne dans ses propres veines » du fait de l’augmentation brutale de la capacité du réseau veineux. On observe fréquemment des troubles importants de la coagulation sanguine. On observe enfin, en cas d’effort musculaire important, une destruction des fibres musculaires ainsi qu’une insuffisance rénale aiguë. Le coup de chaleur provoque une nécrose des cellules ainsi que la destruction de leurs structures ; en effet, les organes s’endommagent gravement dès 42°8.

Comment reconnaître un coup de chaleur

Le bouledogue ayant l’habitude de respirer assez fort, il est difficile de déterminer à partir de quel moment le simple halètement se transforme en difficulté respiratoire. Toutefois, chaque fois que le chien a un halètement important avec salivation importante et une température corporelle, il faut penser au coup de chaleur. On observe, par la suite et en l’absence de traitement une diminution de la vigilance puis un abattement passant parfois par une phase d’agitation, enfin, une prostration pouvant aller jusqu’à la perte de connaissance. Il peut y avoir vomissement de sang et diarrhée, taches rouges à sombres sur la peau ou les muqueuses puis arrêt de la diurèse pour finir par un coma et un arrêt respiratoire.

Les gestes qui sauvent

La première chose à faire lorsqu’un chien est victime d’un coup de chaleur, c’est de mettre tout en œuvre pour abaisser la température corporelle et surtout provoquer un resserrement des vaisseaux sanguins périphériques. Ce refroidissement doit être rapide et brutal ; tous les moyens sont bons : douche froide, glaçons sur le crâne, etc.

Il n’y a aucun risque de refroidir le chien brusquement et notamment aucune hydrocution possible. Il est conseillé, également, d’appliquer des compresses d’alcool sur les pattes, les aisselles et éventuellement le museau. Il ne faut pas sous-estimer les conséquences possibles d’un coup de chaleur, même en phase de début et il faut agir de façon rapide et efficace.

Le traitement médical du coup de chaleur

Quand un coup de chaleur est installé, le simple fait de refroidir l’animal de façon externe n’est pas toujours suffisant et on peut considérer qu’il s’agit d’une mesure d’urgence, en attendant d’arriver chez le vétérinaire le plus proche. Le chien doit rapidement être admis dans une unité de soins intensifs et placé sous perfusion pour le réhydrater. Des corticoïdes à action rapides doivent être utilisés à hautes doses et par voie intraveineuse pour lutter contre un œdème cérébral. Les troubles de la coagulation doivent être contrôlés. Dans certains cas, des troubles rénaux peuvent apparaître, nécessitant la réalisation d’une dialyse durant quelques jours.

Comment éviter le coup de chaleur ?

- Ne le laissez pas dans une voiture où la température peut atteindre des sommets insupportables.
- Pensez que le soleil tourne et que le véhicule, à l’ombre quand vous le quittez, peut se trouver en plein soleil quelques instants plus tard.
- Ayez toujours dans le coffre de votre voiture un bidon d’eau qui permettra d’abreuver l’animal ou de le mouiller ainsi qu’une serviette de toilette pour la mouiller et la mettre sur le corps de l’animal
- Laissez toujours de l’eau à la portée de votre chien.

Comment y faire face ?

Si votre chien présente les symptômes décrits plus haut, refroidissez-le le plus vite possible par tous les moyens (douches, bains, glaçons) et conduisez le rapidement chez le vétérinaire si la situation ne se normalise pas très vite.

Ayez toujours à l’esprit que le bouledogue est un animal très attaché à son maître et très sensible au stress. Celui-ci se manifeste quand le chien est éloigné de son maître, quand il est confiné dans un espace restreint (cage de transport, séjour en clinique vétérinaire, etc.), ou quand il est énervé (proximité, pour le mâle, d'une femelle en chaleur). Ces circonstances peuvent produire les mêmes effets qu'une température excessive.

©O. B.

Cet article vétérinaire a été lu et approuvé par le Dr Philippe Pierson, co-auteur du Guide pratique de l'Elevage canin paru aux Éditions Fontaine.



Mise à jour : dimanche 21.07.2013 13:55. Résolution d’affichage conseillée : 1024 x 768.
Toute reproduction de texte ou d'image, toute inclusion de page de ce site dans un site extérieur sont interdites.